Entretien jardin et assurance : 10 choses à savoir

entretien jardin assurance habitation

En tant que propriétaire particulier, l’idée d’un petit coin de nature séduit et l’engouement ne cesse de croître. De fait, le jardin est devenu un espace privilégié dans lequel on investit, de nos jours, beaucoup de temps et surtout d’argent. Terrasses et allées aux revêtements spéciaux, meubles de jardin en bois exotique, toboggans et cabanes pour les tout-petits, éclairage et déco raffinée, tout est bon pour satisfaire ses envies et embellir ses week-ends. Mais saviez-vous que votre jardin et toutes ses installations n’étaient pas inclus dans les assurances habitation en cas de tempête, d’inondation ou d’incendie ?

En effet, les couvertures classiques multirisques s’appliquent le plus souvent uniquement à votre logement et seulement aux biens qui se trouvent à l’intérieur. Les espaces extérieurs et leurs équipements sont exclus et leur protection passe alors par la souscription à une assurance habitation multirisques optionnelle et de qualité. Celle-ci se présente communément sous forme de « pack jardin ».

Et même après avoir assuré votre jardin contre les évènements climatiques, le vandalisme, le vol et autres incidents, il faut encore que le jardin soit parfaitement entretenu. En effet, s’il est prouvé que le propriétaire entretenait mal ou pas du tout son espace extérieur, l’assurance habitation peut ne pas les rembourser en cas de sinistre. Selon le décret du 26 août 1987 sur les réparations locatives, les locataires sont aussi concernés. C’est ce qu’on appelle les obligations de l’assuré, ces conditions qu’il vaut mieux connaître et remplir pour que la garantie puisse jouer.

Voici ci-dessous 10 infos à savoir sur l’entretien de votre jardin. Ces informations vous permettront d’être encore mieux protégé(e) par les assurances habitation en cas de pépin.

Vous devez débroussailler et désherber votre jardin (Info n°1)

Un jardin peut rapidement être envahi de mauvaises herbes et de broussailles si on n’y prend pas garde. Aussi, le débroussaillement du terrain et du pourtour de l’habitation est une obligation légale dans certains territoires exposés aux risques d’incendie.

Munissez-vous d’une grelinette pour un travail respectueux des sols qui épargnera aussi votre dos, puis suivez les consignes de prévention : déblayez, désherbez, enlevez les plantes décoratives inflammables trop proches de la maison. Plus encore, ôtez toutes les litières sèches et brindilles qui traînent sur vos pelouses, allées et le long des constructions. Vous devrez aussi manier la meilleure tronçonneuse que vous trouverez sur le marché afin d’éradiquer toutes les branches qui touchent clôtures et murs. En effet, un jardin c’est beaucoup de plaisir, mais beaucoup de travail aussi !  

assurance jardin

Plusieurs régions particulièrement sèches en été ou situées en zone forestières sont concernées par ce débroussaillage obligatoire comme l’Auvergne-Rhône-Alpes, la Corse, la Nouvelle-Aquitaine, l’Occitanie et la Provence-Alpes-Côte-D’azur et parfois même d’autres secteurs, renseignez-vous auprès de la mairie si vous avez un doute. En effet, si un incendie se déclare alors que vous n’avez pas débroussaillé votre jardin, vous ne bénéficierez peut-être pas de la couverture totale de votre assurance habitation, et risquerez même de ne pas y avoir droit du tout !

Vous devez tailler et élaguer la végétation de votre terrain (Info n°2)

Chaque année, il ne faut pas négliger la taille des haies qui dépassent de votre terrain, ainsi que l’élagage des arbres et arbustes. Cette indication est particulièrement à considérer si certaines branches menacent de céder et faire des dégâts. Un arbre trop vieux, par exemple, ou des branches fragiles et dangereuses qui pourraient se briser sous le poids de la neige ou d’une rafale de vent doivent être automatiquement coupés pour éviter tout incident.  

La mairie peut même vous rappeler de tailler votre haie si elle déborde trop sur la route et gêne la visibilité des automobilistes. Même scénario si votre haie est susceptible de causer un accident qui endommagerait votre clôture et portail ou, pire, blesser des personnes. En tant que propriétaire de jardin, vous devez donc attester d’un entretien régulier de vos plantations pour éviter toute mise en cause de votre responsabilité.

Il est interdit de brûler vos déchets de jardin (Info n°3)

Il est devenu interdit de brûler vos déchets de jardin et ce depuis plusieurs années. Si vous l’ignorez, sachez que tout assureur vous le fera savoir en cas de pépin. Ainsi, vos résidus de tonte ou de débroussaillage, vos feuilles mortes, mauvaises herbes, et branches élaguées devront suivre un circuit officiel bien balisé :

Vous pouvez soit les déposer à la déchetterie la plus proche, ou alors attendre que la mairie vienne emporter vos encombrants verts, lors des périodes de collecte spécialement organisées. Si par contre vous avez la main verte et un broyeur à disposition, utilisez-le pour réduire vos déchets en petites particules qui nourriront ainsi votre compost. Il se pourrait aussi que vous soyez installé dans une région ne disposant ni de déchetterie ni de collecte, c’est alors à cette seule condition que vous pourrez brûler librement vos déchets verts… mais gare aux incendies ! Pour éviter tout risque, opérez dans les conditions prévues par l’arrêté préfectoral de votre département.  Sinon votre assurance habitation risque fort de vous tenir pour responsable si quelque chose tourne mal.

Vous devez respecter les distances de plantation (Info n°4)

Fixées par le code civil, ces règles de plantation sont très strictes. Pour les arbres de moins de 2 mètres de haut, la distance réglementaire est de 0,5 mètre minimum du terrain voisin. Au contraire, pour ceux supérieurs à 2 mètres, il faudra respecter une distance d’au moins 2 mètres. Alors, avant de planter quoi que ce soit, n’oubliez pas votre mètre-ruban.

En revanche, si vous avez déjà planté un arbre trop près du mur du voisin, et qu’il tombe par accident sur son habitation ou sa voiture, sachez que votre assurance ne sera plus effective ! Peut-être qu’il faudra alors le couper. Même si cela fait toujours mal au cœur de devoir scier un arbre qui a bien grandi, dans ce cas de figure, la sécurité des personnes passe avant tout.

Vous devez vous soumettre à la réglementation de construction (Info n°5)

Abris de jardin, pergola, barbecue, serres ou clôtures, les constructions de jardin doivent respecter les normes, et souvent, pour être assurées, ces installations doivent être ancrées ou scellées dans le sol avec des fondations, soubassements ou des dés de maçonnerie. Et quand on manie le ciment, la brique ou la pierre, même au jardin, il faut être conforme. Toute construction d’une hauteur supérieure à 1,50 m et d’une surface de plus de 5 m² requiert alors une autorisation avec dépôt auprès de la mairie, et au-delà de 20m2, il faut en plus un permis de construire en bonne et due forme, même si l’édifice est en bois.

Ainsi, mieux vaut couler une belle dalle en béton sous votre abri de jardin, cabane ou cabanon quelle que soit sa taille pour pouvoir l’assurer contre les sinistres et surtout le vol. Votre pergola, autoportante ou indépendante, sera parfaite avec ses quatre piliers solidement fixés au sol. Et la clôture de votre terrain se devra aussi de respecter les dimensions légales. Il faudra de surcroît veiller minutieusement à son entretien comme le stipule l’article 663 du code civil qui lui est entièrement dédié.

Il est important de bichonner vos installations (Info n°6)

Les installations extérieures de loisir et de détente demandent aussi un peu de temps et d’entretien de votre part. Vous devrez penser à des contrôles réguliers, au moins une fois par an. Parmi ces derniers : la vérification de la stabilité des jeux d’enfants, la recherche d’éventuels signes de rouille sur les parties métalliques, la prise en charge des pièces endommagées à remplacer ou des fissures menaçantes à colmater rapidement. L’état des cordes de balançoires est aussi à regarder de près, ainsi que la solidité des branches les supportant.

assurance habitation jardin multirisques

Pour le mobilier extérieur, utilisez de préférence des matériaux solides comme les essences de bois exotiques, le fer forgé ou le rotin. Certes un peu plus chers à l’achat, ils résisteront bien et longtemps à la pluie et l’humidité. Et n’oubliez pas d’enlever les mauvaises herbes et autres mousses qui s’incrustent souvent entre les dalles de votre allée et autour de vos diverses installations. En effet, l’assurance habitation multirisques ne couvre pas les dommages résultant d’un défaut de réparation ou d’entretien incombant à l’assuré, vous êtes prévenus !

Dans votre jardin, il faudra aussi veiller à ce que les objets lourds soient bien fixés : panneaux de basket, éclairage, accessoires et équipements de piscine, court de tennis etc. Tous ces éléments doivent être solidement arrimés ou accrochés au sol et/ou à un mur pour des raisons de sécurité lors de leur utilisation mais aussi – et on l’oublie parfois – pour éviter qu’ils se transforment en dangereux projectiles en cas d’alerte météo.

Vous vous devez d’utiliser des dispositifs de sureté (Info n°7)

Vous avez un salon de jardin hors de prix, des plantes exotiques onéreuses et plein d’outils de pointe dans votre abri de jardin ? Certains assureurs acceptent de vous couvrir contre d’éventuels vols de tronçonneuse ou fleurs rares. Mais pensez que pour bien fermer vos annexes, vous devrez utiliser des serrures de sureté et non pas des cadenas ou des verrous sans clés qui ne sont pas du tout considérés par les assureurs comme un moyen de fermeture efficace.

Il faut également que votre propriété soit entièrement clôturée et on peut même exiger que vous mettiez en place un système de prévention comme une alarme – voire même parfois des caméras – pour que vous puissiez être éligible à une assurance contre le vol. Et en cas d’absence, c’est dans votre habitation fermée qu’il faudra ranger votre mobilier de luxe et vos outils de pointe.

Mieux vaut opter pour un barbecue zéro défaut (Info n°8)

Si vous avez la chance d’avoir un beau barbecue fixe, attention aux réglementations locales qui peuvent restreindre son utilisation en été. Bien entendu, cela entre dans le cadre de la lutte contre les incendies. Renseignez-vous auprès de votre mairie afin de savoir si un arrêté municipal spécifique vous interdit le bonheur des brochettes estivales.

Mieux vaut que votre barbecue fixe soit aux normes de sécurité : solidaire à un mur de la maison, positionné au centre d’une zone incombustible, et équipé d’une cape et d’une cheminée avec grille de sécurité pour empêcher les particules incandescentes de s’envoler vers le jardin. Il est également toujours prudent d’avoir une arrivée d’eau proche sous la main, car un feu en été démarre beaucoup plus vite qu’on ne le croit. Quant aux barbecues mobiles et portables, ils doivent obligatoirement être conformes à la norme NF, voire CE, donc on évite les barbecues artisanaux. 

Il est utile de conserver ses factures d’achat (Info n°9)

Les installations de jardin, les revêtements de sol en pierre ou bois, les frais de pépinière et certaines prestations de paysagistes ont un coût. Il est donc intéressant de conserver soigneusement les factures d’achat et de travaux comme preuve ultime de la valeur de votre jardin.

assurance jardin multirisques

Pensez aussi à garder sous la main quelques photos souvenirs prises à l’extérieur, où sont bien visibles votre magnifique terrasse au sol parfaitement maçonné et cette tonnelle végétalisée qui vous a demandé tant de patience. Ces précautions seront toujours utiles devant votre assureur au cas où une tempête a le malheur de passer par-là…

Il est vivement conseillé de souscrire à une assurance jardin (Info n°10)

Vous passez sans doute beaucoup de votre temps libre à entretenir votre jardin et à en prendre soin avec amour, tout comme ces 9 Français sur 10 qui possèdent un petit coin à cultiver. Bien évidemment, cela représente un certain effort physique et pas mal dépenses. Imaginer le saccage de son jardin peut être le pire des cauchemars des amoureux de verdure. Mais il n’existe aucune obligation légale qui impose de souscrire à une assurance couvrant le jardin et ses aménagements. Il s’agit d’une garantie optionnelle qu’on décide de prendre ou pas en plus de son assurance habitation. Nous ne sommes jamais à l’abri de gros dégâts sur nos plates-bandes, qui peuvent très vite représenter une perte financière considérable. A cet effet, mieux vaut réfléchir à une possible assurance, d’autant plus qu’investir dans l’embellissement de ces espaces extérieurs est très répandu de nos jours.

Deux possibilités s’offrent alors à vous :

  1. Inclure le « pack jardin » dans votre assurance habitation multirisques habituelle. C’est l’option majoritairement choisie par les amoureux du jardin.
  2. Souscrire à un contrat spécifique avec un plafond d’indemnisation suffisant. Cette solution est idéale pour les propriétaires qui possèdent des plantes rares ou du mobilier de valeur. De même pour ceux qui allouent un budget régulier et conséquent pour cet espace.

Avant de vous rendre chez votre assureur, commencez tout d’abord par lister les biens qui vous tiennent à cœur et qui ont de la valeur. Abris construits en dur, mobilier en teck, piscine démontable, végétaux du bout du monde, serres placées soigneusement, jeux pour enfants, système d’arrosage sur mesure, terrains de tennis, revêtements onéreux, sauna et jacuzzi luxueux, pergola romantique, terrasses indépendantes, clôtures, bassins à poissons en tous genres, luminaires décoratifs, et autres façades et toiture végétalisée. Tout dans votre jardin peut être assuré ! A vous de choisir ce qui sera protégé des caprices météorologiques du temps ou de voisins peu scrupuleux.

Les assurances jardin couvrent généralement les risques climatiques (incendie, tempête, inondations…), les explosions de toutes sortes (et parfois même les attentats terroristes), les catastrophes naturelles ou technologiques reconnues par un arrêté ministériel, les actes de vandalisme de personnes mal intentionnées, ou carrément le crash d’un avion ou d’une voiture qui ne vous appartient pas en plein sur votre terrain. L’assurance jardin prend aussi en compte les accidents électriques. Cependant, la garantie contre le vol est – quant à elle – plus rare et soumise à de nombreuses conditions.

Ainsi, si votre jardin subit par malheur l’un de ces sinistres, l’assurance prendra tout en charge pour lui redonner sa superbe. Elle assurera les frais de déblai lourds et encombrants, effectuera le remplacement de vos arbres et arbustes de plus de deux ans, de vos clôtures en matériaux similaires et de tous vos équipements extérieurs qui seront remplacés à neuf !

Il faut noter que l’assurance de votre jardin ne couvre pas certains éléments :

  • Les piscines, qui disposent d’une option « piscine » spécifique
  • La pelouse du jardin, très difficile à assurer
  • Les tondeuses autoportées, qui doivent être assurées à part d’après une obligation légale depuis 2004.

Que faire en cas de sinistre de votre jardin?

Dès que vous prenez connaissance d’un évènement ayant ravagé vos espaces verts, vous devez faire l’inventaire complet des dégâts, photos et factures à l’appui, et mettre en place toutes les mesures de protection nécessaires pour arrêter les dommages. C’est aussi l’une des obligations de l’assuré que d’empêcher que la situation ne s’aggrave. Tout manquement à cette condition peut entraîner une réduction importante de l’indemnité.

Vous pouvez aussi obtenir un « certificat d’intempérie » délivré par le centre Météo-France le plus proche de chez vous si vous avez subi un sinistre climatique. Il s’agit d’un document expertisé qui détaille la météo d’un lieu donné lors d’une période précise. Il vous permettra de prouver votre situation et l’assurance jardin permet parfois son remboursement à posteriori (60€ environ).

Puis, prévenez votre assureur le plus vite possible, par téléphone ou sur votre espace client en ligne. Généralement le délai pour la déclaration varie de 2 à 5 jours : 2 jours pour les vols et actes de vandalisme, 5 jours pour les autres cas et 10 jours lors des catastrophes naturelles ou technologiques à compter de la date de publication de l’arrêté ministériel. Vous pouvez aussi faire votre démarche à l’ancienne, en envoyant par poste et en courrier recommandé l’ensemble des pièces justificatives, avec accusé de réception. Cela restera le moyen le plus sûr pour vous protéger, même à l’ère d’Internet.

/ par

Auteur de l’article : Bernard