Energies renouvelables et jardin : 4 choses à savoir

Si vous avez un jardin, c’est que vous pensez quelque peu à la nature, voire à la sauvegarde de la planète. Et si vous continuez dans cette voie tout en misant sur l’énergie verte pour votre jardin ?

En effet, il est tout à fait possible d’utiliser les énergies renouvelables dans son extérieur en tant que particulier. Voici 4 choses à savoir lorsque l’on souhaite mêler jardin et énergies durables.

Jardin et énergies renouvelables vont de pair

D’abord, notez qu’il existe à ce jour 5 types d’énergies renouvelables : le solaire, l’hydraulique, l’éolienne, la biomasse et la géothermie. Autant dire que ce sont 5 éléments qui transitent dans votre jardin à un moment ou à un autre de la journée : le soleil, l’eau si vous avez un ruisseau, le vent, le bois pour la biomasse et la chaleur du sol pour la géothermie. Ils existent, alors pourquoi ne pas s’en servir ?

La réponse réside bien souvent dans le fait qu’on ne sache pas comment s’en servir, ni à qui s’adresser pour une telle entreprise. Il est possible de se renseigner auprès de sa Mairie ou en ligne. Tournez-vous vers des sites spécialement dédiés aux énergies renouvelables pour les particuliers tels que Le Media Vert. Vous y trouverez toutes les informations nécessaires à votre démarche.

Energies renouvelables et jardin particuliers

Votre jardin peut être une source d’énergies renouvelables

L’énergie solaire ou éolienne est accessible à n’importe quelle personne, nonobstant l’existence ou non d’un jardin. Il suffira alors d’installer un panneau photovoltaïque ou une éolienne en hauteur.

Là où votre jardin est utile, c’est principalement pour l’énergie hydroélectrique ou l’énergie géothermique.

Si vous avez un ruisseau dans votre jardin ou un moulin, avoir une pico-centrale hydroélectrique vous permettra de transformer la force de l’eau en énergie. Pour cela, il faut toutefois que le ruisseau ait un débit suffisamment fort.

Par ailleurs, des pompes à chaleur géothermiques peuvent être installées en creusant le sol de votre jardin. Ils sont dotés de capteurs souterrains pompant les calories du sol et les transformant en source de chaleur. Cette dernière pourra alors être utilisée pour chauffer la maison ou encore l’eau. Plus votre jardin sera grand, plus le nombre de capteurs pourra être multiplié.

Vos appareils de jardin peuvent fonctionner aux énergies renouvelables

Si votre jardin peut produire de l’énergie renouvelable, cela signifie que vous pouvez aussi faire en sorte qu’il fonctionne et qu’il soit entretenu quotidiennement à l’énergie renouvelable.

Tout d’abord, préférez les lampes et autres sources de lumière qui fonctionne à l’énergie solaire (ce type de dispositif est bien plus fréquent que ceux fonctionnant à l’éolienne ou à l’hydraulique).

En second lieu, faites fonctionner les appareils de jardin les plus utilisés au solaire, à l’hydraulique ou à l’éolienne. L’on citera surtout le système d’arrosage automatique des plantes et les appareils à petite consommation électrique (inférieur à 1000 W). Il existe désormais un nombre de plus en plus croissant d’outils de jardin fonctionnant à l’énergie renouvelable ou qui n’en requiert pas du tout.

Energies renouvelables et jardin : un investissement intéressant

Produire ou utiliser ses nouvelles sources d’énergie dans un jardin est un investissement. En effet, l’achat des dispositifs nécessaires à la conversion de ces énergies continues en énergies alternatives stockables vous coutera souvent plus de 5000 € (jusqu’à 30.000 € pour certains types d’installation comme l’hydraulique).

Cependant, y recourir ne serait-ce que partiellement allègera vos factures annuelles d’électricité. De plus, sachez que le CITE (Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique) vous permettra de bénéficier de déduction pour tous les travaux réalisés dans cette optique de performance énergétique. Enfin, notez aussi qu’il est possible de revendre l’électricité produite à l’EDF ou à l’ELD (entreprise locale de distribution), même si le prix imposé par la loi est moindre.

/ par

Auteur de l’article : Bernard